PAR DOMINIQUE ABRAN, NATUROPATHE AGRÉÉE

Plusieurs médicaments peuvent nuire à l’absorption ou à l’assimilation de certaines vitamines et ou minéraux.

  • Antiacides
    • Pepcid, Tagamet, Zantac: vitamine B12, acide folique, vitamine D, calcium, fer, zinc.
    • Prevacid, Prilosec, Nexium, Losec, Pantoloc:  vitamine B12.
  • Antibiotiques
    • Gentomycin, Neomycin, Streptomycin, Cephalosporins, Penicillins: Vitamine B, vitamine K, bonnes bactéries intestinales
    • Tetracyclines : calcium, zinc, magnésium, fer, vitamine B6, zinc.
  • Anti-diabétique
    • Micronase, Tolinase : coenzyme Q10
    • Metformin (glucopaghe) : coenzyme Q10, vitamine B12, acide folique.
  • Anti-dépresseur
    • Adapin, Aventyl, Elavil, Tofranil, Pamelor, Sinequan, Norpramin : vitamine B12, coenzyme Q10.
  • Anti-inflammatoire
    • Aspirine et Salicytates : vitamine C, acide folique, fer, potassium.
    • Advil, Aleve, Anaprox, Dolobid, Feldene, Lodine, Motrin, Naprosyn,Orudis, Rlafen : acide folique.
    • Betamethasone, Cortisone, Dexamethasone, Hydrocortisone, Methylprednisolone, Prednisone : vitamines C, D, acide folique, calcium, magnésium, potassium, sélénium, zinc.

  • Cardio-vasculaire
    • Apresoline : vitamine B6, coenzyme Q10
    • Catapres, Aldomet : coenzyme Q10
    • Cogard, Inderal, Lopressor, Betapace, Tenormin, Sectral, Blocadren : coenzyme Q10, Melatonine.
  • Diurétiques
    • Lasix, Bumex, Edecrin: vitamines B1, B6, C, magnésium, calcium, potassium, zinc, sodium.
    • Enduron, Diuril, Lozol, Zaroxolyn, Hygroton: magnésium, potassium, zinc, coenzyme  Q10, sodium.

  • Hypocholestérolémiants
    • Lescol, Lipitor, Mevacor, Zocor, Pravachol, Crestor: coenzyme Q10
    • Cloestid, Questran: vitamines A, B12, D, E, K, Beta-Carotene, acide folique, fer.
  • Médicaments pour les ulcères
    • Tagamet, Pepcid, Zantac: vitamines B12, D, Acide folique, calcium, fer, zinc, protéine.
    • Prevacid, Prilosec : vitamine B12, protéine.
  • Hormone de remplacement HRT
    • Evista, Prempro, Premarin, Estratab : vitamines B2, B6, B12, C, acide folique, magnésium, zinc.
  • Pilule anticonceptionnelle
    • Norinyl, Ortho-Novum, Triphasil, etc. : vitamines B2, B3, B6, B12, acide folique, magnésium, sélénium, zinc.

Source : Drug-Induced nutriment depletion handbook, 2ND edition.

Comment aborder ce sujet sans parler de maladie ?

Si je regarde autrement, c’est plutôt, à partir d’un désir de vivre, une expérience qui permet de retrouver l’équilibre perdu. Depuis mon enfance, j’entends parler de miracle, de guérison spontanée, comme si le changement d’opérait par magie. On néglige toujours les événements qui ont précédé ou suivi la métamorphose.

Comme thérapeute énergétique, je dirais que la guérison est une expérience continuelle qui nous met en relation avec les êtres et les situations qui nous permettent d’apprendre et d’approfondir notre connaissance de soi.

Il y a certains faits qui favorisent la guérison, ce sont la rencontre, le lien de confiance qui s’établit entre le thérapeute et l’être qui cherche, la détermination de chacun, la connaissance et l’énergie disponible, la reconnaissance du rythme du requérant, la stratégie employée et les forces qui seront mises en action.

Les résistances de l’être qui cherche et sa capacité à les éliminer, sont déterminantes dans le processus du retour vers l’équilibre. Tous ceux qui guérissent sont face à l’inconnu parce qu’ils quittent la sécurité des habitudes pour une nouvelle façon de vivre.

Je me vois comme celui qui accompagne une personne l’espace d’une ou quelques rencontres pour l’aider à retrouver ses forces et son équilibre. Je participe au retour vers l’harmonie. Chacun possède un état unique qui permet de jouir de la vie. Cet état peut être continu  si on le préserve et on apprend à l’utiliser avec sagesse.

La guérison n’est qu’une étape qui nous élève vers une vision nouvelle de la vie.

Claude Lavallée    Thérapeute     P’tit Bonheur au Naturel

Plusieurs minéraux sont essentiels à notre santé par exemple : le potassium et le sodium sont essentiels pour le bon fonctionnement du cœur et le calcium et le magnésium sont essentiels pour les construction des os. Par contre,  d’autres éléments comme le mercure, le cadmium et le plomb sont toxiques. Une bonne santé dépend d’un équilibre entre les éléments nutritifs et un niveau bas d’éléments toxiques. L’analyse de cheveux est une façon facile et peu coûteuse de mesurer ces niveaux.

Conditions reliées aux éléments toxiques

Anxiété et dépression : La toxicité du plomb et du mercure peut amener les symptômes de dépression. L’Arsenic et le mercure ont été associés avec des symptômes d’anxiété.

Troubles de la mémoire : Le plomb peut affecter la mémoire à long terme et peut causer de la confusion. Le cadmium peut aussi créer de la confusion.

Maladies cardio-vasculaires : L’antimoine peut causer des dommage au cœur. Le cadmium peut augmenter la pression sanguine. Le plomb a démontré qu’il peut augmenter la pression sanguine.

Fatigue : Une toxicité avec un ou plusieurs éléments toxiques peut contribuer aux symptômes de la fatigue.

Bref, une simple analyse minérale peut dé terminer si les déséquilibres minéraux ou si la toxicité des métaux lourds peuvent causer des symptômes. Ce test est aussi intéressant à faire en prévention lors d’un bilan de santé complet avec une naturopathe.

Informez- vous!

Dominique Abran, Naturopathe agréée

Si l’on regarde dans la nature, on peut constater qu’elle n’accumule rien, elle est en perpétuel mouvement et se régénère constamment. Que ce soit au niveau animal, végétal ou minéral, la nature pourvoie à l’approvisionnement en nutriment favorisant ainsi la vie.

Il en va de même pour nous, l’énergie nous est fournie par l’air, l’eau, la nourriture solide, la chaleur et la lumière puisque nous sommes membre à part entière de la nature. Nous recevons aussi en permanence des informations de l’univers sous forme d’ondes non perceptible à nos sens et nous captons aussi des informations venant des individus et des groupes d’individus formant l’humanité.

L’énergie et les informations que nous captons deviennent notre nourriture quotidienne. La façon dont nous consommons, assimilons et éliminons  cette nourriture permet de construire et de modifier notre forme corporelle à tous les niveaux. Pour être en mesure de profiter pleinement et de croître, nous devons apprendre à recevoir, métamorphoser, utiliser et éliminer cette nourriture sans en interrompre le processus comme la nature le fait. C’est un grand défi pour l’homme de vivre et de maîtriser la libre circulation de l’énergie.

Claude Lavallée   Thérapeute   P’tit Bonheur au Naturel

Le système énergétique de l’être humain prend forme lorsque le spermatozoïde, de polarité positive pénètre l’ovule de polarité négative, le désir d’incarnation constituant le champ neutre d’énergie déjà présent avant la fécondation. Les lignes de forces de l’être parcourent le champ subtil d’énergie vitale selon différents niveaux de vibration et se croisent inversant la polarité à chaque croisement.

De ces croisements émerge les principaux centres du système énergétique qui créent la forme selon un plan précis et unique. Cette forme est, et sera dépendante de la façon dont l’être humain utilisera l’énergie tout au long de sa vie. Les principaux centres énergétiques sont situés sur l’axe longitudinal qui passe  par le centre du crane suivant la  colonne vertébrale jusqu’à la plante des pieds reliant ainsi l’être humain au cosmos et à la terre qui le supporte.

Lors de notre sortie du ventre maternel, à la première respiration, nous prenons vie librement. Notre système, à travers les principaux centres énergétiques, est alimenté de l’intérieur par l’énergie subtile et de l’extérieur par l’air, indispensable à la vie humaine.

Chaque centre énergétique a un rayon d’action qui lui est propre et est en interrelation avec tous les autres centres du système. Toute action ou réaction, quelle soit physique, émotionnelle ou mentale a un impact direct sur le système entier. C’est à partir de la forme visible du corps que nous pourrons élaborer des techniques qui vise à restructurer les désorganisations organiques qui nous causent malaises et douleurs. Les plantes, la nourriture et les remèdes nous soutiendront dans notre quête vers l’harmonie.

Claude Lavallée Thérapeute P’tit Bonheur au naturel

Le d-mannose est un sucre simple qui se retrouve naturellement dans des fruits comme la canneberge, qui est devenue synonyme d’automédication pour le traitement des infections de l’appareil urinaire.

La réponde médicale conventionnelle à de telles infections est la prescription d’antibiotiques. Cependant, et malgré leur importance indéniable, les antibiotiques court-circuitent le potentiel curatif du corps en ne différenciant pas les bactéries « amicales » et celles nuisibles. En tuant les bactéries de cette « flore amicale », les antibiotiques créent un vide qui peut être comblé par des microbes pathogènes qui  compromettent alors la santé et qui deviennent potentiellement résistants aux antibiotiques, faisant face à moins de concurrence pour leur croissance, une situation moins qu’idéale.

Le d-mannose a gagné la réputation enviable de pouvoir fournir des résultats à une vitesse exceptionnelle, délogeant souvent les bactéries du mur du tractus urinaire en aussi peu que 24 à 48 heures.

Ce sucre simple est absorbé lentement par le tube digestif et, contrairement à des nombreux sucres, n’est pas transformé en glycogène ni stocké dans le foie. Une bonne partie est excrétée dans l’urine et des travaux de recherches ont démontré que le d-mannose pouvait soutenir la santé urinaire en favorisant un milieu sain pour les muqueuses du système urinaire.  On considère que ses effets bénéfiques s’expliquent par le fait qu’il lie les bactéries et favorise leur élimination dans l’urine.

Posologie : Pour les infections urinaires aïgues, prendre 1-2 g de d-mannose en poudre dans de l’eau à toutes les 3-4 heures sans nourriture.

Dominique Abran, naturopathe agréée.

Presque tous les fruits et légumes ont une action diurétique, mais spécialement :

  • Le poireau : C’est un très bon diurétique et un excellent balai de l’intestin. À consommer comme légume ou en décoction.  Décoction : 2à3 poireaux avec leurs radicelles; bouillir 30 minutes dans un litre d’eau.
  • L’oignon : est un excellent diurétique, capable de dissoudre les cristaux. Souvent recommandés aux rhumatisants et comme anti-infectieux. La cure d’oignon est très populaire et véritablement efficace, car l’oignon agit sur de nombreuses fonctions organiques. Hacher deux oignons et les laisser macérer quelques heures ou toute la nuit, dans un bol; filtrer et boire.  Jus d’oignon : 3X2 cuillère à café ou plus.  Décoction : 3 oignons coupés mais non épluchés dans un litre d’eau; bouillir 15 minutes; filtrer.
  • Fenouil : Les racines sont diurétiques. Les faire sécher après les avoir coupés en rondelles.  Faire une décoction de 25 g de racines par litre d’eau; bouillir 10 minutes.

Fruits : les cerises, le melon, le pamplemousse, la pêche, la pomme, les prunes.

Attention à la poire qui est un fruit qui refroidit les reins et paralyse leur activité.  Ce fruit est donc contre-indiqué à tous ceux qui ont des reins sensibles ou qui souffrent de maladies rénales.

Légumes : l’artichaut, les asperges, l’aubergine, la citrouille, le cresson, les haricots, la chicorée sauvage, le céleri-rave, le céleri, la navet, le panais, le pourpier, le salsifis.

Dominique Abran, naturopathe agréée.

Le processus de guérison est le point charnière autour duquel tournent toutes les méthodes de polarité. La thérapie en polarité a pour objectif de stimuler et d’encourager ce processus. La santé n’est pas simplement une absence de symptômes, mais plutôt une attitude, un mode de vie qui peuvent être appris et expérimentés.

Le rôle du thérapeute consiste à éduquer le client en l’accompagnant dans l’exploration de sa problématique qu’elle soit physique, émotionnel ou mentale. Le corps et ses énergies savent ce qu’il faut à condition qu’on leur permettent d’agir. La maladie, la douleur et la souffrance sont un processus et non une chose qu’il faut éradiquer. Ce processus, nous pouvons tous le connaître et le percevoir; la guérison en est le résultat et reste un grand mystère.

C’est au thérapeute par ses interventions dans le système énergétique du client, de permettre à la vie de reprendre sa place et par ses conseils de montrer la voie vers la pleine utilisation des forces vitales de la personne.

Claude Lavallée Thérapeute P’tit Bonheur au Naturel

Notre corps élimine les toxines par ses émonctoires : les reins, les intestins, les poumons, la peau et le foie. Malgré son importance le rein se retrouve souvent oublié ou laissé pour compte dans un processus de nettoyage de l’organisme. Voici un peu information.

L’urine est le résultat de la filtration du sang par les reins. Elle contient environ 95% d’eau, le reste étant composé de déchets organiques (urée, acide urique), de substances inorganiques (différents sels minéraux) et de pigments. Les différents déchets doivent être éliminés quotidiennement dans des quantités minimales précises.

Pour garantir une bonne épuration du sang par les reins, les six facteurs suivants entrent en linge de compte :

La qualité de la membrane filtrante

Si elle est endommagée par les déchets trop irritants, elle remplira mal son rôle.

La concentration des déchets dans le sang

Si elle dépasse les capacités fonctionnelles du filtre, les déchets ne seront plus filtrés et resteront dans le sang ou s’accumulant, ils boucheront le filtre rénal.

La nature des déchets

Des substances chimiques ou de synthèses que les reins n’arrivent pas à filtrer correctement. Il en résulte des micro-lésions ou un encrassement du filtre et par conséquent une moins bonne élimination des toxines.

La pression sanguine

La filtration du sang dépend de la pression avec laquelle celui-ci traverse la filtre rénal. Si la pression est normale, la filtration se réalise bien. Par contre, lorsqu’une personne est hypotendue, la pression du sang peut ne pas être suffisante pour que le filtrage se fasse correctement.

Le débit circulatoire

Le débit circulatoire est la quantité de sang qui circule en un temps donné. Plus la quantité de sang traversant les reins est grande, plus le sang sera épuré.

  1. Le volume sanguin

Lorsque la consommation de liquide est insuffisante, les reins ne sont pas stimulés dans leur travail et le peu de liquide disponible n’offre pas un support suffisant pour une bonne élimination des toxines. Les urines seront alors rares et très concentrées. Leur stagnation facilitera la formation de calculs.

  1. La vitesse de circulation

La vitesse de la circulation du sang s’accélère pendant les efforts physiques; la pression sanguine augmente et facilite l’épuration. Par conséquent, la sédentarité est nocive pour le filtrage rénal car  la circulation du sang est ralentie.

La température

Les reins semblent avoir besoin d’une température avoisinant 40° pour pouvoir bien fonctionner. Cela explique pourquoi on peut ressentir l’envie d’uriner dans un bain chaud.

Dominique Abran, Naturopathe Agréée

Pour parler de polarité, nous devons d’abord parler énergie.  L’énergie est partout, elle nous entoure et nous crée; c’est en partie par elle que nous existons. Lorsque l’énergie est mise en mouvement, nous abordons la polarité. La circulation  d’énergie implique un pôle positif, neutre et négatif. Toute création vivante utilise l’énergie selon ses modes de compréhension. À ses débuts, elle reçoit un potentiel énergétique (MTC Shen) constitutionnel, qui aussitôt mis en mouvement deviendra conditionnel à son existence, son lieu de naissance, sa famille, ses relations et ses expériences de vie.

Dans son évolution, l’être vivant réagit aux situations que se présentent selon les apprentissages qu’il a fait et crée dans son corps des tensions qui empêchent la libre circulation d’énergie.  Lorsque l’énergie rencontre une tension, elle s’accumule et recherche un chemin pour s’écouler librement ce qui occasionne un dérèglement global. Plus le temps s’écoule et plus le dérèglement énergétique s’accentue pour mener d’abord à des symptômes, des douleurs, des scléroses et finalement à la dégénérescence.

Pour palier à ses dérèglements, l’être vivant recherchera des moyens visant à rétablir son équilibre.

Claude Lavallée,   Thérapeute,    P’tit Bonheur au Naturel